Comprendre les achats responsables

1. Sensibilisation aux Achats Responsables.


Tout achat intégrant dans un esprit d’équilibre entre parties prenantes des exigences, spécifications et critères en faveur de la protection et de la mise en valeur de l’environnement, du progrès social et du développement économique. L'acheteur recherche l’efficacité, l’amélioration de la qualité des prestations et l’optimisation des coûts globaux (immédiats et différés) au sein d’une chaîne de valeur et en mesure l'impact.



La prise en compte des impacts est à intégrer dès la conception du produit ou du service, durant sa production, son utilisation et jusqu’à sa fin de vie.


A chaque étape du processus, il est nécessaire de définir le juste besoin et de limiter les sources de coûts inutiles, sans oublier d’inclure dans cette analyse les clients et les fournisseurs.

Par étape du processus se poser la question des 5 « R » :

 - Réduire la consommation (conception, énergie, matière première)

- Réduire les déchets (fabrication, consommation, fin de vie)

- Recycler au maximum (fabrication, consommation et seconde vie)

 - Réparer (augmenter la durée de vie)

 - Réutiliser (recyclage, emballage).


Concernant le processus achats, cela se déclinera dans chaque étape de la chaîne de valeur achat : évaluation fournisseurs, élaboration des RFI (Request For Information = informations fournisseurs), RFQ (Request For Quotation = chiffrage) jusqu’au suivi de contrat, sans oublier le paiement des factures. La norme achats responsables déclinée de l’ISO 26000, est construite suivant cette chaîne de valeur. Cette façon d’acheter nécessite plus de moyens en termes de réflexion stratégique. Les phases amont (préparation des consultations) et aval du processus achats (suivi de contrat) seront donc travaillées plus en profondeur et l’ensemble de la chaîne logistique sera analysée. La formation des acheteurs est nécessaire sur les dimensions sociales, environnementales, juridiques, éthiques sans oublier la notion de coût global.


Concernant les TPE/PME, la démarche achats responsables peut être la clef pour initier une démarche de responsabilité sociétale. La démarche d’achats responsables s’inscrit dans la politique de déploiement de la RSE (Responsabilité Sociétale de l’Entreprise), même si aujourd’hui il est plus correct de parler de RSO (Responsabilité Sociale de l’Organisation). Les achats responsables correspondent à la déclinaison métier de la norme ISO 26000, cette norme est applicable à toutes organisations. La norme achats responsables déclinée de l’ ISO 26000 est sous 2 formes (NFX50-135 1 et 2) :

- le premier pour expliquer la norme et servant de base pour aller négocier vers ses parties prenantes.

- le second permettra de limiter les risques potentiels au travers de la chaîne de valeur achat, en rapport aux 7 questions centrales et ceux pour chaque étape du processus achats.



2. Les relations entre donneurs d’ordre et TPE/PME



Nous partons du postulat que, pour être cohérente, une politique d’achats responsables doit être appliquée par les acheteurs avant d’être déployée chez les fournisseurs. Or, certaines grandes entreprises demandent à leurs fournisseurs de se conformer à des réglementations, procédures, spécifications ou conventions mais, après avoir mis en place ces exigences, la sélection des offres continue de se faire sur le seul critère du prix.


Le principe de réciprocité doit exister, tout en gardant à l’esprit que, au vu de la complexification de la chaîne logistique des donneurs d‘ordres, il apparait également nécessaire que les fournisseurs initialisent la démarche au sein de leur organisation, afin d’accompagner leurs propres fournisseurs dans le domaine de la responsabilité sociétale. Nous vous soumettons l’idée de faire de votre politique de développement durable une force, une opportunité, une démarcation sur votre marché, enfin un renforcement de votre communication avec vos clients et vos fournisseurs et de développer les relations et la synergie sur le territoire. Est responsable l’achat qui concilie durablement les performances économiques, environnementales et sociétales.



3. Les enjeux


L’acheteur doit mettre en forme les exigences du bureau d’études et de l’ensemble des prescripteurs sous la forme de cahiers des charges. Il devra inclure les dimensions suivantes :


-Environnemental

L’achat de produits/processus fabriqués dans le respect de l’environnement est conçu et réalisé pour engendrer tout au long de son cycle de vie le moins d’impacts environnementaux négatifs et conserver ses performances lors de l'utilisation. Il faut également intégrer l’utilisation des ressources naturelles et énergétiques lors des processus de fabrication/transport/ rejets… sur l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement. Exemples de critères environnementaux Absence de substances toxiques dangereuses pour l’homme et l’environnement Réduction de matières premières non renouvelables Diminution des nuisances liées aux transports (émissions, bruit, trafic, accidents) Réduction des quantités de déchets non valorisables Lutte contre les pollutions Respect de la biodiversité Utilisation d’énergies renouvelables / Efficacité énergétique


-Économique

Les achats responsables incluent la mise en œuvre et la promotion de coopération à long terme avec les fournisseurs. Il s’agit de prendre en compte l’impact économique de l’achat sur l’entreprise, son environnement et ses fournisseurs dans une logique de coût global (réponse au besoin, maintenance, service après-vente, qualité, fin de vie…). Il convient de raisonner en coût total : c’est-à-dire en prenant en compte tous les coûts directs et indirects liés notamment à la R&D, aux coûts logistiques (transport, stockage…), aux rebuts, à l'espérance de vie ou de durabilité, à la gestion des déchets, etc. Exemples de critères économiques Différenciation sur le marché Anticipation normative, réglementaire Réponse à certaines exigences (techniques, environnementales, sociales…) Meilleur retour sur investissement Lutte contre le gaspillage Longue durée de vie : produit rechargeable, réutilisable et réparable Diminuer les défauts (sécurité, solidité) Coûts d’assurance pouvant être négociés suite à la mise en place d’une politique de responsabilité sociétale.


-Social et sociétal :

L’achat responsable possède une dimension sociale et sociétale. Ces aspects passent par :

 - Le développement des compétences sur le territoire

 - L’impact de la présence de l’organisation sur le tissu économique, culturel, associatif local

- L’employabilité de personnes n’ayant pas un accès à l’emploi facilité pour cause de handicap ou de manque de qualification.


Ces achats permettent de répondre à l’exigence du code du travail (articles L.5212-1 et L.5212-2). Il est aujourd’hui commun de sous-traiter certaines opérations n’étant pas le cœur de métier de l’entreprise ou utilisant beaucoup de temps pour peu de gains. Il est donc pertinent de se rapprocher de structures œuvrant dans le domaine social, comme les EA (Entreprise Adaptée), ESAT (Etablissement et Service d'Aide par le Travail) avec toutes les personnes en situation de handicap et les structures de l’IAE (Insertion par l’Activité Economique). Certaines familles d’achats sont raisonnées sur ce type de sous-traitance (nettoyage des locaux, pressing, entretien des espaces verts, restauration …). Il s’agit souvent de familles d’achats dites « hors production ».

Il est intéressant de voir comment l’aspect social peut s’appliquer envers des achats de « production » :

- Outillages de production ayant besoin d’une remise en état régulière (ex : le nettoyage des moules)

- Fabrication de petits matériels en menuiserie (chariots, panneaux…) dans le cadre du déploiement du Lean manufacturing (gain sur les délais et développement spécifique)

- Assemblage

- Conditionnement, étiquetage.

Il inclut le développement du territoire, en communiquant sur ses besoins futurs (technologiques, innovations, compétences…) avec l’ensemble des acteurs de la chaine logistique, de la formation et de la recherche.

Exemples de critères sociaux et sociétaux

  • Conditions de travail décentes

  • Absence de toute forme de discrimination

  • Reconnaissance du droit d’expression et du dialogue social pour tous les salariés

  • Absence de danger ou d’atteinte à leur intégrité physique et mentale pour les producteurs et les utilisateurs

  • Taux de formation par alternance

  • Collaboration avec d’autre acteurs économiques (écoles, centres de recherche, associations…).

C´est seulement après cette analyse approfondie et en intégrant l’ensemble des informations liées aux trois critères ci-dessus, au sein du processus de négociation et d'achat, que l’on pourra déterminer le coût réel d´un produit ou d’un service pour une organisation. Un achat responsable tient compte de ses impacts environnementaux, sociaux et économiques dans la durée et l’espace.



4. Les avantages pour les parties prenantes


Adopter et mettre en place une démarche d’achats responsables au sein d’une politique RSE présente de multiples avantages pour le fournisseur, le client et le territoire mais également pour l’ensemble de la collectivité. Certains des avantages peuvent être valables pour plusieurs acteurs. 2.1

  • Pour le fournisseur

 Développer un avantage compétitif : réduire ses coûts d’achat, définir et prévenir les risques environnementaux et sociaux de la chaîne logistique, s’assurer que ses fournisseurs respectent le cadre réglementaire existant, maîtriser la totalité de ses coûts, réduire les quantités de déchets, améliorer l’efficience logistique

 Anticiper les contraintes et la prévention des risques (sociaux, écologiques, juridiques, d'image)

 Réduire les coûts liés à la consommation de ressources ou à la production de déchets

 Innover par l'augmentation de la qualité, du service et de la valeur ajoutée

 Réaliser des économies en augmentant la durée de vie des produits et en diminuant les volumes d’achat

 Accroître la solidité des articles, diminuer les défauts qu’ils pourraient présenter et limiter le besoin d’un service après-vente

 Améliorer l’image de l’entreprise en montrant qu’elle se comporte de manière responsable

 Renforcer les contacts entre les fournisseurs par une meilleure connaissance de leurs activités et des difficultés qu’ils rencontrent

 Faciliter le travail des services d’élimination des déchets, de gestion de l’énergie, ainsi que de tous ceux qui sont en relation avec la protection de l’environnement

 Contribuer à la lutte contre les conditions de travail inacceptables ou les pollutions de l’environnement

 S’impliquer personnellement, être en adéquation avec ses propres valeurs

 Permettre aux fournisseurs d’améliorer leur système de production et leur offre afin qu’ils soient plus attractifs pour leurs autres clients = effet de Levier.

  • Pour le client – Donneur d’ordre

 Augmentation de la valeur de la marque

 Performance économique et financière

 Amélioration de la réputation et de la fidélisation des consommateurs (via les réseaux sociaux)

 Collaboration de recherche et développement avec le fournisseur pour élaborer de nouveaux produits ou améliorer les produits existants. Cette collaboration met en lumière le cœur de métier de chaque acteur en étant fondée sur un partage de l’information, des infrastructures et des compétences

 Sécurisation de la chaîne d’approvisionnement.



5. Comment mettre en place une démarche achats responsables dans ma TPE/PME ?


Boost'Achat accompagne les TPE/PME dans la mise en œuvre d'une politique achats responsables, n'hésitez pas à nous contacter : www.boost-achat.com


Source : "L'Observatoire des achats responsables"

#achats #BOOSTACHAT #responsables #PaulineJOUARD

Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Pas encore de mots-clés.
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square

 © 2017 - TeamWork est une marque de LYON FINANCE